Chryso           
 
 

Découvrir le CD

Le CD dans sa forme physique est en vente uniquement aux concerts et par correspondance (laissez votre adresse postale en utilisant la page contact et versez 15€ sur le compte Chrysalide asbl BE30 3100 4950 1311)

Il sera également en ligne sur toutes les plateformes de téléchargement
et de streaming (tapez "Chryso" et "Chant libre") à partir du 15 novembre 2019.

Découvrir le livret

Pour réduire les coûts, nous avons opté pour un enregistrement "live" avec des musiciens amateurs de l'Académie d'Auderghem (ce qui fut humainement et pédagogiquement une bien belle expérience)... et une "pochette carton" toute simple, elle aussi. 

D'où l'idée de vous fournir à travers ce site toute l'information qu'on aurait pu trouver dans un livret: les paroles, les photos et toutes les références qui participent au plaisir de la découverte.

1.Les choses qu'on ne décide pas

Que ce titre ouvre l'album répond finalement à quelque chose de tout à fait logique.

C'est grâce à ce titre que pour la première fois, je me suis mis à écrire sur la musique d'un autre en mélangeant passages chantés et récités.

"Merci" est le titre du morceau initial, il figure sur un album splendide, 
"Regency's Nights", que Jean-Philippe COLLARD-NEVEN et Jean-Louis RASSINFOSSE ont enregistré la nuit au conservatoire de Bruxelles. (A découvrir absolument, rien à jeter, lyrisme total!)
Jean-Philippe Collard Neven Compositeur
Jean-Philippe Collard Neven Compositeur
Les choses qu'on ne décide pas (Chryso / Jean-Philippe Collard-Neven)
 
Il y a longtemps que j’aurais voulu te dire ça
Oui mais les mots tout simplement ne venaient pas
D’autres sont venus, bien sûr, oui mais pas ceux-là
Il y a des choses en nous qu’on ne décide pas
 
Mais un jour ce qui était fermé est ouvert
On est face au mystère d’un verrou volatilisé
Et les mots qu’on a jetés dehors
Prennent comme un pesant d’or
Et viennent nous enchanter
Des mots comme: 
“Sans toi, j’n’existe pas, je te le jure”
“Tu es la seule qui compte, Le soleil de mes jours”
Eh oui! Ca fait tout drôle de s’entendre dire tous ces mots-là 
mais ce n’est pas pareil de les dire sans y croire au tout début
Mais là...
Après tant de temps,
tant de tendre,
de temps forts,
de tempêtes
de tant pis,
de tant mieux...
Où notre amour s’est éprouvé sans jamais s’épuiser

Ecoute-les battre nos coeurs à l’unisson
et perdre la mesure, 
perdre pieds, 
prendre pieds, 
poétiser
S’enivrer de la musique de l’instant

On ne sait pas où tout ça va
Mais c’est comme ca que ça nous va
J’ai pas envie d’autres folies
Non je ne veux vivre sans toi
 
Je nous souhaite encore bien des matins d’étonnement...
La joie de découvrir des sources insoupçonnées 
sous les mousses de nos soi-disant certitudes,
 
des idées qu’on a
de soi, 
de l’autre,
des autres
et du monde comme il va…

Je nous souhaite... 
l’audace d’encore mille fois tout remettre en question pour que tout soit 
encore plus fort, plus neuf, plus doux, plus “nous”, plus authentique, plus magnétique, plus élégant, plus enivrant…

Il y a longtemps que j’aurais voulu te dire ça
Oui mais les mots tout simplement ne venaient pas
D’autres sont venus, bien sûr, oui mais pas ceux-là
Il y a des choses en nous qu’on ne décide pas
 
Mais un jour ce qui était fermé est ouvert
On est face au mystère d’un verrou volatilisé
Et les mots qu’on a jetés dehors
 
Quittent leur mauvais sort
Et viennent nous enchanter
 

2. Le vent


"Dance for Victor" est sans nul doute l'un des titres les plus célèbres de Philip CATHERINE.

De nombreuses versions existent mais celle dont je me suis inspiré apparaît sur l'album "Transparence".

Les improvisations du maître, y sont si belles qu'elles ne pouvaient que stimuler ma modeste plume en renouvelant à chaque cycle les moyens d'expression des couplets.
Le vent (Chryso / Philip Catherine)
 
Refrain:  C’est le vent qui nous porte, nous emporte, nous supporte
             C’est le vent qui ravive l’envie de vivre enfin libre
             C’est le vent qui nous pousse à naviguer sous la grande ourse
             Tout ce qui en nous respire le parfum du désir
             C’est le vent qui l’inspire
 
1. C’est une évidence, 
    Mais la Vie finalement c’est du Vent
    Qui nous prend le corps en dedans
    En y soufflant
    L’instinct vivant
    Et le désir impertinent
    D’en faire un chant
Philip Catherine Compositeur
Philip Catherine Compositeur
2. Le vent voltige
    Où il veut, quand il veut, comme il veut
    De branches en branches
    Et de bronches en bronches
    Il s’élance et respire l’infini, oui !

    Qui peut dire où
    S’en ira ce dernier souffle rendu
    Dans quelle voile
    Ou dans quelle hélice
    Ou dans quel corps
    Reprendra-t-il encore demain son service ?

3. Et…
    Où se cacherait l’arbre
    Que le vent du Nord n’aurait pas secoué ?
    Il n’est pas d’homme libre
    Qui un jour n’ait pas eu
    A l’affronter !

    Le vent est
    Si rude et fraternel
    Qu’on ne peut faire sans
    La violence de sa caresse
    Et la tendresse de son fouet
    Qui nous fait fendre les flots
    Par dix Beaufort !

    Avant de virer cinglés ou amers
    Je t’en prie partons voguer sur la mer
    Roulons, tanguons tant qu’on peut
    Ivres de vents pleins les cheveux

3. Le fox Trot de Grand Papa


"Fox Trot" est le premier titre de Charles LOOS que j'ai mis en paroles.

En 2010, nous avions donné ensemble un concert d'hommage à Claude NOUGARO. Dans un premier temps, nous avions eu l'idée de remettre cela avec d'autres chansons du Toulousin puis, comme on tardait à trouver une date pour se voir, je me suis mis à écrire... en ayant par après, je l'avoue, un peu peur d'avoir commis un crime de lèse-majesté...

Je ne savais même pas s'il appréciait qu'on mette du texte sur sa musique qui, de toute évidence, n'a pas besoin de mots pour exister pleinement.

J'ai osé: 
-Je peux? 
-Prends ce que tu veux!.

De ce "champ libre", ne n'ai donc pas hésité à faire un "libre chant".

On trouve la version solo de ce morceau sur le disque "Piano Works".

Ici, le nouvel arrangement fait intervenir sept musiciens tous issus de la classe de Jazz de l'Académie d'Auderghem sous la direction attentive de Bernard GUYOT (voir "Générique").
Le Fox Trot de Grand Papa 
 (Chryso / Charles Loos)
      
Pour nous changer de la misère
Pour nous changer de la déprime
Faudrait un truc qui mettrait dans l’air un peu de swing
Oui de swing
 
Un p’tit fox trot ferait l’affaire
À la manière de Grand Papa
Viens là, suffit de s’laisser faire
Viens, viens, viens, viens là 
 
Est-ce bien sérieux de se déhancher
Sur cette musique de débauchés?
Mais le pire du pire
C’est que l’pire m’attire
Et que j’sens qu’j’vais craquer!
 
Ca m’met des fourmis dans les jambes
Ca m’électrise les mollets
Cette fois, ça y est
J’ai l’corps qui flambe d’un feu follet
             
Attention voici la piste
Où nous marchons tous les deux
Comme des équilibristes
Avant l’saut périlleux
             
Eh! Qu’est-ce que tu dis de ça?
Ca bouge de haut en bas
Ca vous passe par les oreilles puis ça descend jusqu’à se mettre dans vos pas
Christian Dupont et Bernard Guyot
Christian Dupont et Bernard Guyot
Julie Soblet, Bernard Guyot, Emanuele Ciriolo, Nele Gijs
Julie Soblet, Bernard Guyot, Emanuele Ciriolo, Nele Gijs
Et c’est délicieux
Oui, c’est délicieux
De sentir qu’on se lâche un peu
Que plus rien n’a d’importance quand la danse épouse la cadence et nous rend heureux
 
C’est fou  tout  ce que contient
Un rythme qui revient de loin
Effacer nos poisses,
Nos cafards tenaces
Et ça,
C’est pas 
rien!
         
 Ça bouge, ça swingue
 J’ai jamais l’coeur qui chuine
 Quand j’entends du Gershwin
 
 Rag time, fox-trot
 Vois comme nos corps se frottent
 Au piano de Joplin scott
 
 Entendez-vous ça?
 C’est si bon…
 D’laisser la musique bousculer la  
 partition…
            
Les années folles quoi qu’on dise c’était une belle époque
 
C’était pas du toc
Le Fox-trot de grand papa
Moi je n’m’en lasse pas!

4. Entre soir et matin

"Belge gigue" apparaît sur deux albums de Charles LOOS: "Le jeune homme et la vie" avec José BEDEUR ( contrebasse) et "Noctis" avec Thibault Dille à l'accordéon. En voici donc une troisième version, chantée, voyant les choses encore sous un autre angle.
Entre soir et matin (Chryso / Charles Loos)
 
 
Qu’est-ce qui peut s’passer entre soir et matin
Pour que le lendemain on se sente si bien?
Qu’est-ce qui peut s’passer j’étais complètement détruit
Et là comme par magie la vie à nouveau me sourit?
Quel est ce mystère
Un esprit dans les airs
Et un corps encore sur la Terre?
 
Comment se fait-il?
Où est le fil?
Où se trouverait la prise où j’aurais laissé les doigts?
Comment se fait-il?
Je n’ comprends pas.
J’étais à plat
Mais à nouveau toute la vie va.
Quel est ce mystère
Un esprit dans les airs
Et un corps encore sur la Terre?
            
Hier tout me semblait amer
Obscur, confus, de travers
Et là...
En me levant,
Tout s’dénoue, tout s’éclaire!
 
Qu’est-ce qui peut s’passer au cours d’une nuit
Où va notre esprit?
Où...
Retrouve-t-il l’envie
De retrouver la vie?
 
Qu’est-ce qui peut s’passer entre soir et matin
Pour que le lendemain on se sente si bien?
Qu’est-ce qui peut s’passer j’étais complètement détruit
Et là comme par magie la vie à nouveau me sourit?
Quel est ce mystère
Un esprit dans les airs
Et un corps encore sur la Terre?
            
Un esprit qui s’enfuit loin dans les airs
Et un corps encore sur Terre?
Charles Loos compositeur pianiste
Charles Loos compositeur pianiste

5. Le temps d'oublier les heures

Joli titre, non? La seule chanson de l'album dont je suis à la fois auteur et compositeur.
Cette version est la plus belle qu'il n'y ait jamais eu...
Quelque chose de magique s'est passé dans l'instantané des moments improvisés...
Une pépite!
Le temps d’oublier les heures (Chryso)
 
Quand vient le temps d’oublier les heures
D’apprivoiser l’instant dans une bulle de douceur
Quand vient l’instinct ses griffes de bonheur
Quand vient la peur de n’être pas à la hauteur
 
Quand vient le temps d’avancer à pas lents
Comme sur un fil tendu entre deux continents
Quand vient le temps de n’avoir que tes yeux
Pour savoir si je mens, pour savoir si tu veux
 
Et quand soudain, adorable divine,
Dans tes terres irriguées, je m’enracine
Quand mon corps tend ses perles de rosées
Quand ton corps prend sans cesser de donner
 
Quand vient le temps de jouir à rebours
Quand tes vagues s’en vont mon corps se fait lourd
Oh c’est alors que j’aimerais partir
Au-delà du décor et du dernier soupir.
 

6. Mon "il"

"Overloose" est une musique de MAURANE offerte à Charles LOOS pour son anniversaire. Le titre apparaît sur le disque HLM (HOUBEN, LOOS, MAURANE) où cette dernière utilise sa voix, sans parole, à la manière d'un chaleureux instrument de musique. Ce titre, écrit au féminin, exigeait une voix de femme. Catou DE MEYER, élève à l'Académie de Florence HUBY, a relevé le défi... Avec beaucoup d'émotion... et une bien belle sensibilité.
Mon « il » (Chryso / Maurane)
 
Mon « il »
Où est-il mon « il » ?
Mon « il »,
Tranquille ?
Dans quel océan,
M’attend
Mon « il » ?
Parfois j’entends
Comme sous le vent
Mon « il »

 
Catou De Meyer
Catou De Meyer
Maurane Compositrice HLM Igloo records
Maurane Compositrice HLM Igloo records
Où se cache-t-il ?
Et que sait-il du mot bonheur ?
Loin d’ici ?
Ou peut-être tout près ?
Est-il vraiment d’ailleurs ?
Moi…
Je me perds
La foule, la houle, l’amer
Bousculent mes repères
Et j’erre
Au hasard.
 
Mon « il »
Où est-il mon « il » ?
Mon « il »,
Tranquille ?
Dans quel océan,
M’attend
Mon « il » ?
Parfois j’entends
Comme sous le vent
Mon « il »
 
Où est-il ?



Créer un site
Créer un site